logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

05/02/2009

18 décembre

nous continuons notre voyage ....
Déjeuner 07 h 30, départ 08 h 30.
Située à 2300 m d'altitude dans les montagnes verdoyantes du Chiapas, San Cristobal de las Casas bénéficie d'un climat frais. Fondée en 1528, la ville devint la capitale de l'état du Chiapas de 1824 à 1892. Elle doit son nom au dominicain Bartolomé de Las Casas, qui défendit les Indiens contre les excès des colons.
Les riches héritages amérindien et espagnol, ont été peu modifiés au cours des siècles. L'héritage amérindien se fait visible sur les visages, dans les langues et sur les costumes souvent très colorés dans les rues et les marchés.
L'héritage espagnol de l'époque coloniale se dénote quant à lui un peu partout, que ce soit dans les pavés typiques ou les clochers d'église. Les villages environnants sont surtout peuplés de Mayas appartenant aux groupes tzotziles et tzettales.
L'atmosphère détendue et particulière de cet endroit s'apprécie en se promenant dans ses rues bordées de bas édifices en stuc aux toits recouverts de tuiles rouges. L'atmosphère devient plus animée à mesure qu'on remonte la grande avenue, bordée de boutiques et de kiosques d'artisanat, à l'approche de l'église de Santo Domingo, dont la façade rosâtre est richement ornée Son intérieur d'inspiration rococo, rehaussée d'une abondance de feuilles d'or et d'un maître-autel arrondi en bois, en fait l'une des plus jolies églises du Mexique.
Autour de l'église de Santo Domingo, des indiens étalent des objets d'artisanat dans un marché de fortune. On y trouve de beaux tissus typiques de cette région, souvent agrémentés de couleurs très vives : huipites (blouses brodées), châles, vestes, képis, mouchoirs, couvertures, nappes et serviettes. Le marché principal, avec sa profusion de produits alimentaires colorés et sa faune humaine tout aussi bigarrée, se trouve un peu plus loin vers le nord. .
Une petite fille dessine dans l’église.
Sur la place principale des femmes rassemblées travaillent des tissus en attendant de toucher les Allocations. (elles font la queue à l'ombre)









Nous continuons vers le village de Zinacantan.
Dans une petite maison une famille tisse des tissus colorés. Dans un coin de la maison des galettes cuisent sur un petit feu de bois nous sommes invités à en goûter. Les indiennes sont aussi spécialisées dans la confection de magnifiques costumes de mariage. Annie essaye un costume de cérémonie avec notre guide comme partenaire
Achat de tuniques et de couvertures
Poursuite du circuit vers San Juan Chamula.
L’église où il est interdit de photographier vaut un détour : Pas de chaises, mais du foin et des aiguilles de pin, des centaines de bougies jonchent le sol. C'est un peu mystique !
Ici, le catholicisme fait bon ménage avec les traditions précolombiennes, pour le plus grand plaisir des touristes que nous sommes.
Le long des murs latéraux, des saints, partout, à la suite les uns des autres, peut-être 30 ou 40 statues. A leur cou sont accrochés les miroirs qui reflètent les gens priant devant eux. C'est par leur propre bouche réfléchie dans le miroir que le saint leur répond. Près du chœur un indien exorcise une famille, à l’aide d’un bouquet de feuillage qu’il passe sur tout leur corps. A côté d’eux, les fidèles allument des bougies à même le sol et prient, assis à côté jusqu'à leur extinction. Ce faisant, ils boivent de l'alcool pour se purifier ou... du pepsi pour... roter! Car roter, ça fait sortir le mal. Un indien allongé sur le sol, complètement ivre, psalmodie des litanies. En fait quand on entre dans cette église, ça fait tout drôle.
Retour à San Cristobal de las Casas.
Déjeuner dans un restaurant dédié à la tauromachie espagnole. Des affiches de corrida à Séville ainsi que les emblèmes des éleveurs de taureaux couvrent les murs. Repas excellent avec de la viande bien préparée et tendre.
Après midi libre.
Sur le Zocalo, toujours les alignements de femmes qui attendent ...
Des jeunes filles en uniforme jouent de la guitare en chantant
Nous rencontrons deux jeunes voyageurs belges dans une petite épicerie. Ils sont en voyage pour quatre mois.
Bernard arrose à la tequila son anniversaire de mariage. Photo pirate d’un Indien Lancadon (descendant des mayas toujours vêtus de tuniques blanche)

17:55 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique