logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/04/2009

le thé

Ceci est une étude que j’avais réalisé il y a quelques années, ce n’est pas spécialement le thé au Vietnam, mais c’est l’histoire du thé. Je vous la livre telle qu’elle.
Le thé est la boisson la plus consommée après l'eau, préparée différemment selon les origines, les coutumes, les religions.
Boisson nationale pour certains pays, boisson d'exception dans d'autres, partout boisson recherchée pour ses qualités de fraîcheur, son goût, son infinie diversité et ses bienfaits.

medium_DSCN1284.jpg

une plantation de thé

Un peu d'histoire
On pense que le thé a été découvert en 2737 avant J.C. par Shen Nong, un légendaire Empereur Chinois, dernier des trois empereurs mythiques père de la Phytothérapie. Shen Nong "Divin Laboureur", a inventé les aiguilles, élaboré la classification des maladies, le système des 5 éléments (voir plus loin) et surtout s’est appliqué à l'étude des propriétés des plantes médicinales, consignée dans le Ben Cao Jing (ouvrage qui lui est attribué, bien qu'il ait probablement été rédigé ultérieurement, à l'époque des Han) 360 remèdes y sont présentés, ils proviennent pour la plus grande partie du règne végétal, mais également du monde animal et minéral. Soucieux du bien-être et de la santé de ses sujets, il leur ordonne de faire systématiquement bouillir l'eau avant de la consommer.
Selon la légende, Shen Nong passait ses journées à parcourir les campagnes afin de découvrir les plantes, les goûtant, les ingérant pour en mieux connaître les effets.

Deux histoires différentes sur la découverte du thé :
Première version : Shen Nong souffrant de l’estomac après avoir goûté des décoctions faites avec des herbes sauvages essaye de trouver un apaisement, il cueille les feuilles d’un arbre et les met dans sa bouche. Il sent sa douleur disparaître il y trouve une saveur agréable. Il conclu : cette plante est une bonne médecine.
Deuxième version : Un jour d'été, en visitant une région distante de son royaume, Shen Nong s’arrête pour se reposer. Les domestiques font bouillir de l'eau pour boire. Les feuilles sèches d’un arbre tombent dans l'eau, et infusent. Shen Nong après avoir bu le liquide l'a trouvé rafraîchissant, il décide alors de développer les jardins de thés et incite ses sujets à faire du thé leur boisson favorite.
Le thé fait partie de la médecine Chinoise jusqu' au 3e ou 4e siècle pour "les gens riches et puissants" car il est rare. Ensuite il devient de plus en plus accessible et après le 7e siècle, le thé prend la place du vin, il devient la boisson la plus populaire en chine.
Le thé et le Bouddhisme sont inséparables en Chine ancienne. La méditation, pour un Bouddhiste est un devoir il ne doit « penser à rien » et « ne rien voir » sauf le ciel clair, la nature paisible et tranquille de son esprit. C'est alors qu’il peut s’approcher de Bouddha.
Le thé n’est pas une médecine de méditation mais c'est très important de goûter la douceur derrière l'amer du thé et avoir l’esprit en paix.
Entre le 6e et 7e siècle beaucoup d'étudiants étrangers (prêtres Japonais, Tibétains et Coréens) viennent se former au Bouddhisme. Ils rentrent au pays avec du thé dans leurs bagages.

Au Japon, la Cérémonie du thé a été conservée elle fait partie de la culture Japonaise, elle a été développé dans le Chado "le chemin du thé" ou "la philosophie du thé". On distingue 4 principes de base :
WA (Harmonie), KEI (Respect), SEI (Pureté) et JYAKU (Tranquillité). Ces quatre principes guident la philosophie du thé pour la religion bouddhiste le plus grand est "la propreté ". Mettez votre esprit "propre" de trouble, de pollution et de désirs humains.

En Corée, la culture du thé n'a pas été entretenue. Récemment, quelques Coréen ont reconnu l'importance de cette tradition et travaillent pour la réanimer. Aujourd'hui, la cérémonie du thé en Corée est appelée Panyaro « rosée de la sagesse » autrefois Ch'a - Rye

Taiwan a toujours été un mélange de culture, il a été occupé pendant 400 cent ans par la Chine, puis vers 1885 par les japonais et après la seconde guerre mondiale, il redevient chinois. Cependant actuellement on garde le "Style" Japonais. La culture du thé à Taiwan, n'est pas du "Bouddhisme interne" comme les japonais mais boire le thé est un art et une philosophie comme la tradition Chinoise. Lu-Yu écrivit la première étude d'ensemble sur le thé connue sous le nom de Cha Ching ou « Classique du thé », publié en 800 après J.C. Taiwan est le 1er producteur de thé Oolong dans le monde. Chaque année, une compétition en récompense le meilleur, il est sacré "Thé Champion de l'année ". Quelle est la récompense pour ce thé ? Regardez les prix du " Thé du Champion de l'année " et vous comprendrez.

Le thé ne devient l'objet d'un commerce florissant en Asie qu'à partir du X ème siècle. Il est cité par Marco Polo dans son livre "Les merveilles du monde". Jaspe De Cruz fut le 1er européen à écrire sur le thé en 1560. Le thé ne fait son apparition en Occident qu'en 1606, grâce à la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales.
Le thé apparaît en Europe vers 1635. Il devient très vite la boisson préférée des Anglais et la demande des marchés ne cesse de croître. Les premières boutiques spécialisées s'ouvrent à Londres, le thé fait son entrée à la Cour Royale d'Angleterre sous le règne de Charles II (1630-1685). On ajoutera du lait dans le thé vers 1680. Aux USA il arrive vers 1700. Les sachets de thé ont été inventés pour présenter des échantillons (dont le négociants New-yorkais Thomas Sullivan vers 1908) Le thé glacé parait être inventé par les Américains vers 1904.

Composition
Les premiers travaux scientifiques sur la composition du thé remontent au XIX ème siècle et ont permis d'isoler trois composants majeurs :
- la théine, (même alcaloïde que la caféine),
- les tanins,
- l'eau.

A ces composants chimiques peuvent correspondre un certain nombre de propriétés :

- Sans calorie ni sodium, le thé est conseillé pour accompagner un régime sans sel.
- Tout comme le vin, le thé est riche en tanins : sa faible teneur en théine stimule sans énerver. Le thé contient de la théophylline et il est reconnu comme étant un diurétique très efficace.
- Le thé est riche en vitamines A, B1, B2, C, E, K, P et PP, en calcium, potassium, cuivre, zinc et surtout en fluor, qui contribuent au bon équilibre du corps et à sa défense.

Produit issu de la terre, le thé est une boisson au succès planétaire grâce à ses saveurs variées, son faible coût et à sa simplicité de préparation, mais aussi à ses vertus mises en évidence avec de plus en plus de précision au fil des siècles par médecins, chercheurs ou scientifiques.

Les études poussées sur le thé vert, le caractère naturel de cette boisson sont aujourd'hui autant d'arguments bénéfiques s'ajoutant au plaisir d'une bonne tasse de thé.

Botanique
Le théier est un arbre à feuille persistante (Thea sinensis) de l'ordre des guttifères, famille des Théacées, genre Camellia.
medium_DSCN1286.2.jpg

Au départ, une seule espèce était cultivée, portant le nom de Camellia sinensis. Puis on distingue deux variétés principales : sinensis et asamica.
Le théier se plaît dans des régions au climat chaud et humide, avec une bonne alternance de soleil et de pluies régulières, de préférence bien réparties au cours de l'année.
Ainsi il est cultivé dans des régions situées entre le 42ème degré de latitude nord et le 31ème degré de latitude sud, en plaine ou jusqu'à 3.000 mètres d'altitude. Suivant les conditions climatiques, l'arbuste commence à produire au bout de 3 à 5 ans et devient facilement centenaire.

La cueillette et l'élaboration

La plantation reçoit de nombreux soins. Le terrain, l'arbre, les feuilles sont surveillés et analysés régulièrement. L'entretien de la plantation est généralement dévolu aux hommes, la cueillette aux femmes.
La cueillette est une opération manuelle dans la majeure partie des cas et nécessite une grande dextérité. Des essais de cueillette mécanique ont été entrepris (pour les thés de plaine uniquement) mais donnent de moins bons résultats. La théorie voudrait que l'on ne cueille sur le théier que les feuilles situées à l'extrémité de chaque rameau tourné vers le soleil.
medium_DSCN1467.jpg

Les théiers sont taillés de façon à obtenir de véritables tables de cueillette destinées à rendre moins pénible le travail des cueilleuses mais aussi à assurer au thé la meilleure qualité et à donner au théier endurance, rendement et robustesse accrus.
Le thé récolté est ensuite jeté dans un panier qui contient environ 25 à 30 kg de thé frais (ce qui équivaut à 5 à 7 kg de thé manufacturé). Dès qu'un panier est plein, il est apporté à la manufacture située au coeur de la plantation.
La cueillette est sans doute l'opération la plus délicate dans la culture et la fabrication du thé. Le principe général de qualité veut que, plus les feuilles cueillies sont proches du bourgeon terminal, meilleure sera la qualité. En effet, c'est à l'extrémité de l'arbuste que la sève est la plus concentrée : la saveur n'en sera donc que plus subtile. On distingue trois types de cueillette :
La cueillette impériale : elle consiste à ne cueillir que le bourgeon terminal appelé "Pekoe" (du chinois pak-ho signifiant "duvet") ainsi que la feuille la plus proche du Pekoe. Cette cueillette, autrefois réservée aux empereurs, a quasiment disparu.
La cueillette fine : elle consiste à récolter le bourgeon terminal et les deux feuilles qui lui sont le plus proche.
La cueillette classique : elle consiste à récolter le bourgeon terminal arrivé à maturité et les trois ou quatre feuilles qui lui sont le plus proche.
Après la cueillette, les feuilles sont immédiatement acheminées vers la manufacture où la transformation du thé va avoir lieu (en 36 heures maximum). Tous les plants de théier fournissent le même type de thé, c'est donc uniquement la méthode de transformation qui va déterminer la sorte de thé obtenu : thé noir, thé vert, thé semi fermenté, thé blanc...

22:28 Publié dans voyage 3 | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

J'ai aimée ton article sur le the, boison que j'aime beaucoup, est la seule infusion que je prend; je n'aime pas ni le tilleul ni la camomille, ni aucune des herbes aujourd´hui tant a la mode; mais avec tant de couleur que on mis au the, qu'el pendre? je demande toujours le normal celui qu'ils ont vendu toujours, des fois ne savent pas se que je demande.
MARU

Écrit par : maru | 04/04/2009

MERCI ! pour cette belle documentation sur le thé, qui n'est peut-être pas la mienne, mais j'en offre de temps en temps pour les amateurs ! c'est vrai qu'il y a de nombreuses variétées suivant les goûts

kenavo !

Écrit par : MARIE-THÉ | 04/04/2009

Bonjour Annie,

Les cueilleuses de thé que nous avons vues en Chine, en Inde ou au Laos avaient toutes des sécateurs manuels ou même électriques reliés à un petit sac dans lequel tombaient les feuilles. De temps à autres, elles le vidaient dans un autre grand sac porté dans leur dos. On était loin du bourgeon terminal ou même de trois feuilles. C'était tout ce qui dépassait depuis la dernière cueillette.

Et elles n'étaient pas payé bien cher.

Le grillon

T

Écrit par : christian | 10/04/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique